Le toilettage humain par Daniel Laberge
Le toilettage humain - Page d'accueil Daniel Laberge - Page d'accueil

La science ne pouvait
trouver la douleur

Seule votre peau
peut faire mal comme ça

La science se trompait sur l'emplacement de bien des types de douleur.
Le toilettage prouve que sa source ne se situe pas sous la peau, mais bien dans les plis de la peau elle-même.

Des récepteurs de douleur
reliés au cerveau

Vous ressentez la douleur grâce à des terminaisons nerveuses spécialisées appelées «nocicepteurs».

  Nocicepteurs  
                                 Nocicepteurs  

Quand un nocicepteur est agressé, il transmet l'information, à travers des fibres nerveuses dédiées, jusqu'au cerveau.

Trajet de l'influx nerveux
En route
vers le cerveau
 

La concentration moyenne de nocicepteurs par centimètre carré de peau est de plus de 200.

200 récepteurs de douleur
sur un centimètre carré de peau
Nocicepteurs par centimètre carré
Chaque point est un nocicepteur

Même si l'on en retrouve des dizaines de milliers sur votre corps, chacun possède son propre circuit au cerveau.
Certains passent par votre colonne vertébrale, alors que d'autres se rendent directement.

Types de douleur incompris

On nous dit qu'il existe trois types de douleur physique:
-La douleur cutanée: Provoquée par une blessure à la peau comme une coupure, une brûlure légère ou une lacération.
-La douleur somatique: Provenant des os, muscles, tendons et ligaments, surtout aux articulations.
-La douleur viscérale: Qui vient des organes.

La grande majorité
des terminaisons nerveuses
et des récepteurs spécialisés
se trouvent dans la peau

Votre peau est truffée de terminaisons nerveuses et de récepteurs spécialisés.
Vos muscles, jointures et organes en ont très peu en comparaison.
La douleur qu'ils produisent est sourde et diffuse, contrairement à la sensation piquante et localisée qui caractérise la douleur cutanée.

Douleur cutanée mal identifiée

La majorité de ce que nous pensions être de la douleur somatique est en fait de la douleur cutanée.
La douleur provient des plis et de leurs croisements.

Les articulations
ne peuvent pas faire mal,
elles ne sentent rien

Les articulations sont très peu équipées en terminaisons nerveuses et en récepteurs.
Elles ne peuvent faire mal que lorsqu'elles sont tordues brutalement.
Votre peau s'est agrippée à l'articulation et est maintenant prise à l'intérieur.
C'est ça qui fait mal.
Vos articulations ont été conçues pour servir au moins trois fois plus que vous ne les avez utilisées dans votre vie.
Elles sont neuves.

Douleur somatique vs cutanée

La vraie douleur somatique est diffuse, elle couvre une plus large surface.
Vous ne la ressentez qu'à l'occasion, quand vous avez utilisé un muscle plus qu'à l'accoutumée.
Si ce que vous éprouvez sont des douleurs vives, pointues et localisées, alors ce sont des douleurs cutanées.

Les croisements de plis
sont douloureux

Une peau pliée est comme continuellement pincée.
Il en va de même pour les croisements, mais ceux-ci deviennent des monstres puisque la tension dans leurs plis voyage jusqu'à eux.
Un seul croisement douloureux peut gâcher votre journée.

Les plis s'attachent aux muscles

La peau s'attache d'elle-même aux muscles en dessous d'elle aux positions où ils sont les plus mobiles.
Par la suite, chaque fois que vous faites un mouvement, vous tirez sur le pli.
Si vous répétez le geste plusieurs fois, il en résultera une douleur vive et piquante.
Vérifiez l'emplacement et vous trouverez un croisement de plis.
Même les spasmes musculaires, comme les crampes, se produisent aux croisements de plis.

Les plis s'attachent aux os

Chaque articulation sur votre corps a developpé son ensemble de plis (parfois bien visibles). Ils limitent vos mouvements, mais ils peuvent devenir très douloureux à l'occasion.
La peau est pincée entre l'os et le cartilage quand vous mettez l'articulation en action.
Des plis longent votre colonne vertébrale, ils en suivent tous les détails, ils entrent et sortent, autour et en dessous de chaque structure qu'ils rencontrent.
Des plis s'attachent à tous les rebords et angles saillants de votre squelette.
La peau devient rivée à l'os et perd sa mobilité.

 

Left arrow   Suite Right arrow